Avertir le modérateur

01/09/2008

Le Rêve Humaniste Européen versus « American dream »

Que mes amis Américains fervents admirateurs de Barack Obama ne m’en veuillent pas, mais j’ai peine à croire à l’accession à la Maison  Blanche du sénateur de l’Illinois.
Des marques indélébiles d’une enfance dans l’Amérique de la ségrégation, qui était pourtant celle de Kennedy, en sont la cause :

La croix de feu du Ku Klux Klan  trouant la nuit du Colorado, pas très loin de Denver, flambante menace devant la porte d’un Directeur d’école épris de laïcité,  qui avait cru pouvoir se conformer à la constitution et refuser de faire faire  la prière obligatoire aux élèves de son établissement.
Une expédition à Memphis  près de Dallas (Texas) chez John GRIFFIN auteur du best seller « Black like me » qui avait dû fuir au Mexique après la parution de son livre et dont une effigie avait été pendue  dans cette localité.
Les marques matérielles de la discrimination ponctuant la vie sociale ( bus, toilettes) et la prière obligatoire à genou dans les écoles publiques après le serment d’allégeance à la bannière étoilée en dépit de ma nationalité étrangère.
Tous ces  souvenirs accumulés dans ma mémoire me font craindre qu’il est trop tôt encore dans l’Amérique qui a donné un second mandat à George W .BUSH après son invasion de l’Irak basée sur un mensonge, en violation du droit international et qui a abouti a un enlisement.
Et pis encore, si le destin conduisait Barack OBAMA à la fonction suprême , je craindrais que cela ne soit pas pour longtemps et que des profondeurs les plus intolérantes de ce grand pays une main armée ne se lève et frappe.

Cependant même s’il n’était pas élu, la candidature de cet homme de couleur aura marqué un tournant capital dans l’histoire de l’Amérique, donnant effectivement corps au rêve de Martin Luther KING et aura prodigieusement fait évoluer les consciences.
Mais s’il était élu, en dépit de cette avancée considérable, peut-on espérer des changements radicaux et profonds de la nation la plus puissante du monde ?
Le discours de Denver semble à cet égard assez éclairant.
Taxé de «  populiste et démagogique » par des critiques  de la droite comme de la gauche, il doit nous donner la température des préoccupations premières des électeurs Américains ciblés.
S’il se veut éminemment social , il est en premier lieu national et nationaliste, un hymne à la suprématie Américaine, nation qu’il faut préserver et défendre comme une « terre promise » pour les futurs émigrants du monde.
Terre promise où accomplir « l’American  Dream »  qui en dépit de tournures évangélisatrices ou de références bibliques est essentiellement un rêve de réussite matérielle . La suprématie de l’Amérique dans tous les domaines, y compris culturels, y est affirmée avec ferveur et le reste  des nations du monde  demeure des satellites destinés à graviter autour de l’astre Américain.
Sans caricaturer la démarche d’OBAMA , on peut noter qu’il n’y a pas de référence aux autres nations, de souhait de les voir se développer démocratiquement dans le plein rayonnement de leurs identités et de leurs potentiels.Il faut donc admettre que ce rêve là n’est pas , en dehors d’une certaine élite, inclus dans le rêve de l’électeur démocrate Américain moyen.
Pour lui apparemment  l’Amérique, dans toutes ses facettes, est  un modèle pour le monde et le plus grand accomplissement est de devenir citoyen de cette nation , unie sous son drapeau et sous la bénédiction de Dieu.
« Que Dieu vous bénisse -Que Dieu bénisse les USA » a conclu le sénateur de l’Illinois à Denver. Phrase impensable dans la bouche d’un candidat Français aux présidentielles , et qui ferait ici descendre dans la rue les tenants de la laïcité, croyants et incroyants confondus .
Force est donc de constater une grande différence de sensibilité et de niveau de conscience entre les électeurs Français ou Européens et ceux des USA .
Le premier discours de Nicolas SARKOZY après sa victoire à l’élection Présidentielle vibrait d’élans humanistes destinés à tous les peuples du monde.Il savait qu’il toucherait ainsi les cœurs des électeurs de gauche , de droite ou du centre, y compris ceux qui ne lui avaient pas apporté leurs suffrages.
Le propos ici n’et pas de faire le procès de l’Amérique, grande nation à  qui nous devons tant , qui  a beaucoup à apporter au monde et où il y a beaucoup à prendre. Mais de souhaiter voir s’élever haut et fort ,en réponse à son  rêve centripète, un rêve humaniste Européen qui ne porterait pas en avant la suprématie d’une nation , mais qui souhaiterait aider à voir chacune d’elle  s’accomplir dans ses spécificités les plus  supérieures,  en  une interaction d’échanges pacifiques.
Rêve qui peut sembler utopiste au premier abord mais qui est , en profondeur ,beaucoup plus réaliste qu’il n’y paraît car il travaillerait plus efficacement à la construction de la paix mondiale que les passions de suprématie qui enflamment les peuples jusqu’aux conflits.
C’et surtout en reconnaissant les qualités et les différences des peuples du monde que l’on pourra ouvrir un dialogue planétaire efficace pour la sauvegarde urgente de notre environnement commun, de nos cultures, le développement  primordial de la démocratie, le partage des avancées scientifiques et médicales, le développement de l’humain dans toute sa plénitude qui passe par son respect intégral et la justice sociale.


L’Europe qui se constitue de peuples ayant chacun une histoire, une langue, une culture différentes , bien qu’ en interrelations  et qui a su, après des siècles de sanglants  carnages, développer une profonde aspiration pacifique .

L’Europe qui a vécu la colonisation puis la décolonisation, de gré ou de force, se frottant ainsi pour le pire , et parfois le meilleur ,à d’autres peuples.

Cette Europe, riche de ces  expériences et d’une vielle  culture imprégnée de philosophie, aspirant à la modération et à l’équilibre sans fièvres religieuses.

Cette Europe là a un rôle majeur à jouer pour la Paix du monde et pour  éviter  que les rêves nationalistes  des puissances en place ou émergeantes ne se heurtent dans leur désir de suprématie.


Créons le  « Rêve Humaniste Européen »  pour fédérer autour de valeurs universelles dans une mondialisation non pas déséquilibrante  mais constructive.
Et redonnons ainsi au «  rêve Européen » une dimension qui pourra parler à ses peuples au lieu qu’ils se sentent un éternel « tampon » des grandes puissances, devant ménager leurs alliances et leurs alignements dans la crainte de voir s’enflammer des conflits.
Redonnons ainsi une mission, un sens et une âme au projet Européen au lieu qu’il reste entravé dans un carcan administratif et mercantiliste.

Commentaires

Bonjour Marie,

Bien entendu Barack Obama peut perdre cette élection présidentielle, mais si cela avait lieu, je ne suis pas sûr que la raison principale résiderait dans un racisme atavique du peuple américain. D'autres motifs déterminants peuvent être imaginés, comme par exemple une campagne électorale trop auto-centrée, un programme économique trop flou, etc. Ne réduisons pas les raisons du futur succès ou du futur échec de Barack Obama à sa couleur de peau !

Arnaud

Écrit par : Arnaud StA | 02/09/2008

Bonjour Marie,
Je vous rejoins et rejoins Arnaud aussi.
Je rajouterai simplement qu'une chape d'obscurantisme touche les esprits aux USA et commence à envahir l'Europe.
Les explications raciales ou économiques sont nécessaires mais non suffisantes, la-bas et ici. Je pense que l'inconscient collectif se délite, plus de mythes, la fin des idéologies traditionnelles et le retour du Comportementalisme.
Je doute qu'Obama réussisse bien que je le souhaite vraiment, je pense à Kennedy et à sa fin?
Quant à l'Europe allons-y!

Écrit par : JP FRAY | 03/09/2008

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu