Avertir le modérateur

08/03/2008

Voter en son âme et conscience

Par ces temps d’élections il n’est peut-être pas  inutile de se recentrer sur les principes de nos devoirs électoraux.
La Révolution Française , après  beaucoup de sang et de douleur, nous a laissé la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen et les fondements de notre République.
En allant voter sommes-nous réellement conscients de la portée de cet héritage ?
L’art 2 de cette convention pose que « Le but de toute association politique est la conservation des droits naturels et imprescriptible de l’homme .
Ces droits sont la liberté, la propriété, la sûreté et la résistance à l’oppression ».
Les citoyens qui glisseront  leurs bulletins dans l’urne auront-ils l’impression d’agir pour ces principes ?
Face à l’inquiétude et aux déceptions suscitées par les  dix mois de gouvernance de Nicolas Sarkozy on pronostique un basculement à gauche pour les élections locales.
À moins d’un an des présidentielles  ce re-positionnement politique serait donc un vote sanction, expression d’un mécontentement grandissant.
Mais peut-on conduire une nation comme un char  d’assaut , en donnant un coup une fois à droite puis une fois à gauche ? Sachant que les chars laissent au sol de profondes marques.
Si les citoyens doivent utiliser les élections locales comme moyen d’expression de leur humeur, c’est que quelque chose ne va pas dans notre Démocratie et qu’ils n’ont pas le sentiment d’avoir voix au chapitre autrement que par la pression.
Plus que toutes autres les élections locales devraient être affaire de personnes, de compétences, de connaissance du terrain et des enjeux locaux, au-delà des sensibilités politiques.
C’est ce que ne cesse de répéter François BAYROU qui invite à briser «  le mur de verre » qui coupe la France en deux depuis des décennies.
Fort incomprise , cette démarche désarçonne et se heurte de surcroît au besoin  d’utiliser son bulletin de vote non plus seulement pour exprimer ses convictions , en son âme et conscience, mais pour crier son sentiment d’urgence, de désaccord ou d’exaspération.
Les Français ont un rapport ambigu  au pouvoir qui oscille entre l’attraction et la répulsion. Néanmoins le plus souvent l’élu est plus  considéré comme l’incarnation du pouvoir que comme le délégué de l’électeur, la voix du citoyen.
C’est une des raisons sans doute qui a creusé le fossé entre les politiques et les citoyens.
Des citoyens qui ont cultivé un sentiment d’impuissance tout en considérant que la politique était affaire de professionnels, éloignés de leur quotidien.
C’est en réaction à cette attitude que par milliers des citoyens se sont  levés , à l’appel de François BAYROU, pour fonder  le Mouvement Démocrate.
La plupart n’avaient jamais appartenu à un parti politique mais avaient subitement l’impression que la politique devait être l’affaire de tous, de tous les citoyens responsables , pour   voir fructifier réellement  les  principes qui fondent et sous-tende le projet Républicain. Pour sortir enfin de cette guerre des camps adverses et transcender le vieux clivage gauche-droite.
Face aux enjeux planétaires qui nous concernent tous , face à un monde de plus en plus instable, une nation divisée est une nation affaiblie, comme l’est une famille.De la plus petite élection locale  ,du moindre hameau Français ,à la plus importante au niveau national, nulle ne peut être totalement coupée du contexte géopolitique et environnemental  qui s’impose à tous les niveaux du quotidien avec une complexité croissante.
Il faut donc une nouvelle ère citoyenne et politique qui mette la responsabilité et la conscience comme priorités.
C’est cette révolution des consciences  qui sera l’enjeu des prochaines décennies.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu