Avertir le modérateur

11/07/2010

De la transparence en politique à … l’eau vecteur de solidarité


Je demande pardon à mes fidèles lecteurs pour ce long silence.
Il n’a pas été inactif ni dénué de réflexion . Si une surcharge en activités en est partiellement la cause , il y a eu aussi un besoin de recul , des interrogations.Non sur les valeurs à défendre mais sur le moyen de vivre son engagement efficacement et sur le bouleversement de l’échiquier politique français.
On ressent un enlisement des partis  face à une crise générale dont la profondeur et l’ampleur dépassent plus d’un intervenant.
Celui-ci ne peut que s’accroître avec le développement des affaires qui tombe justement au moment où le discrédit ou le rejet de la classe politique par le citoyen –électeur semblait à son maximum.
Qu’il soit justifié ou non c’est un impondérable dont nul ne peut faire fi.
Profonde crise de société donc, qui s’enracine dans une perte de repères, de sens et de confiance.
Face à ces maux  , les clivages partisans deviennent de plus en plus secondaires puisque le besoin véritable est la réelle défense de valeurs qui n’appartiennent à personne en particulier mais à l’homme lui-même. Période douloureuse mais utile et qui sera  peut-être  fructueuse si elle arrive à poser les vraies  questions :
Économie au service de l’humanisme et donc argent au service de l’homme, éthique et justice comme axe et non plus opportunisme, cupidité et vision à court terme . Voir la plaie de sang noir qui se répand aux larges des côtes Américaines  au nom du profit prioritaire, aveugle et sourd aux impératifs écologiques.


Au moment où le citoyen français avait atteint des records d’abandon de son droit de vote, expression fondamentale de la démocratie, la France est secouée par les incessants   rebondissements de l’affaire Bettencourt.

Quelle qu’en soit la réelle substance, quel qu’en sera le développement, une chose n’est pas à mettre en doute : la suspicion est au cœur de la République car les citoyens sont convaincus que la sphère politique est dépendante de la sphère financière.C’est, au-delà de tout jugement moral ou d’éventuelles implications de telle ou telle personnalité , ce qui m’apparaît comme   le plus profondément dommageable car touchant le fond d’un principe  et non pas un régime, un gouvernement ou un parti donné. Il est admis qu’une élection,  et surtout celle qui concerne  les plus hautes fonctions, ne peut se faire sans de très importants moyens financiers.Il y a dans ce fait lui-même un déni partiel de démocratie.  Quel que soit le mérite , les compétences d’un candidat, s’il n’est pas «  promu » aux électeurs comme une lessive ou une vedette du « show bizz » ses chances de gagner leurs voix sont diminuées.
Peut-on imputer cette situation à la seule sphère politique ? Ou cette dérive progressive qui donne à l’argent une place prépondérante n’est-elle pas plus ou moins le fait de tous, d’un consensus, d’un état d’esprit collectif ?
Si la politique se «  peoplelise » et se transforme  en «  show bizz », c’est que ce moyen agit sur l’électeur-citoyen  qui y donne ainsi un consentement tacite.
L’argent s’est donc infiltré dans les consciences à travers les moyens médiatiques prisés parce que l’argent est devenu , pratiquement pour tous l’enjeu majeur, le but et non plus l’instrument et le moyen comme je l’ai évoqué  dans  mon article  «  l’odeur de l’argent » : http://conscience-et-democratie.20minutes-blogs.fr/archiv...
L’argent dans le sport, dans l’art, dans la politique, dévie et dévoie , éloigne du but réel . Il ne peut être le pivot, l’axe de la démocratie. La crise de valeur qui nous confronte ne peut remettre en question que  les seuls politiques  mais aussi les citoyens trop passifs qui ont accepté un jeu contraire à nos fondements et trop souvent abandonné leur  responsabilité d’acteurs lucides et critiques, de maillions  actifs de la démocratie.
Or l’heure est plus que jamais à la responsabilité citoyenne  individuelle, à la lucidité et à la solidarité pour peser sur la direction générale que ce soit au niveau national, international  , planétaire.

Parmi les activités qui ont eu quelques  responsabilités  dans mon silence ,   il y à celles liées à ma facette artistique  puisque j’ai exposé pour la deuxième fois des photos d’art au Symposium International de l’eau de Cannes .
Ce n’est pas le fruit du hasard car ce thème me tient très à cœur.
Source de toute Vie , l’eau menace d’être demain source de grands conflits puisqu’une si important part de l’humanité  en manque. Elle nous  appelle à une prise de conscience  rapide . Elément symbolique, fluide et transparent  qui peut être aussi dévastateur que  salvateur, elle nous impose la solidarité pour notre survie à tous les niveaux. Elle nous rappelle que les enjeux du moment sont d’une nature si grave qu’ils vont exiger une démarche politique à leur hauteur  , dépassant les conflits traditionnels,  basée sur la rigueur ,  la vision à long terme , la transparence. Une vision où chaque citoyen devra avoir  sa place et prendre sa part de responsabilité.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu